CHARLEROI RADIO ONLINE

Témoignage d'un "fournisseur d'humanité"

25 février 2021
Télécharger le podcast

Témoignage d'un "fournisseur d'humanité"

 Yves Losseau Ex avocat du barreau de Charleroi, nous a parlé de son engagement à plein temps auprès des plus démunis. Aujourd’hui, il se dit, avec son équipe être un fournisseur d’humanité. Ils sont au service des personnes en difficultés au quotidien.

 C’est quoi être un fournisseur d’humanité ?

 D’après Yves Losseau, être un fournisseur d’humanité, c’est prendre soin des gens qui n’ont pas la chance que nous avons. Ces personnes sont parfois les oubliés de notre société de plus en plus individualiste.

 « Apporter de l’humanité aux gens, c’est prendre soin de ceux qui sont dans le désarroi ». Yves Losseau

 Aider les gens : une vocation ?

 Ayant toujours été sensible à la cause humanitaire, Monsieur Losseau a d’abord choisi de devenir avocat il pouvait ainsi veiller à aider les gens, même s’ils n’avaient parfois pas les moyens de le rémunérer.

 « Pendant 17 ans à Charleroi, alors que j’étais avocat, tous les jeudis soir, je servais des repas chauds à des SDF et des personnes dans une situation précaire ». 

 La pandémie, a-t-elle eu un impact social ?

 Avec la covid19, on observe une augmentation des demandes d’aide alimentaire et sociale. Certains ont perdu leurs emplois et d’autres, déjà dans une situation précaire, ont sombré encore plus profondément dans la misère. Les SDF, par exemple, n’ont plus la possibilité comme avant d’aller aux toilettes d’un café ou encore de remplir leur gourde.

 « Je pense qu’aujourd’hui dans cette société qui est dans une difficulté extraordinaire à cause de cette pandémie, il est d’autant plus urgent et important de tendre la main à son prochain ». Yves Losseau

 

                                                                                                         

                                                                                                                      Jessica Martina

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article